<< Découvrir Alain Flandé, Basse Découvrir Jean-Christophe Bo, Chant, Guitare >>


Richard Jaulin

Batterie

Débuts

Richard

Comment en es-tu arrivé à la musique ? As-tu eu une révélation, enfant, ado ? Un parent musicien ?

Mes parents n'étaient absolument pas musiciens et il n'y avait pas de quoi écouter de musique à la maison. C'est par l’intermédiaire d'un de mes beau-frères, qui était fan des sixties et seventies, que j'ai eu la révélation pour la musique et la batterie en particulier. Je devais avoir 11 ou 12 ans. Je suis donc rentré directement par la case pop anglaise et américaine (Beatles, Stones, Deep Purple, Hendrix, Doors, Pink Floyd, etc). Et en lisant la presse spécialisée (Rock & Folk, Best...), j'ai découvert par moi-même d'autres univers comme le rock progressif, le funk, le folk...

Comment a commencé ton parcours musical ?

Richard J'ai du attendre mon premier job d'été à 18 ans pour me payer une batterie. C'est tard quand j'y pense aujourd'hui. J'ai joué de suite les rythmes de base rock et blues et j'ai très vite intégré un groupe du lycée. Ce n'était que des compos très influencées par le rock progressif anglais (Genesis, Yes, Crimson...) mais les paroles étaient en français et ça sonnait plutôt comme du Ange. On s'est bien éclaté.

Quels ont été tes professeurs ?

Au bout d'un moment, j'ai eu la sensation de tourner en rond. J'ai donc pris des cours avec des batteurs bordelais que j'avais vu en concert et qui m'avaient impressionné mais à l'époque, j'étais plutôt glandeur. Jusqu'au jour où je me suis inscrit chez Agostini. Et là, au boulot ! Plusieurs heures par jour et ça pendant trois ans. Techniquement, ça m'a fait le plus grand bien.

Richard

Matériel & son

Quel matériel utilises-tu en concert ?

Ça fait longtemps que je ne me prends plus la tête avec le matériel. A partir du moment où tu as du matos correct, c'est à toi de le faire sonner et surtout de le personnaliser par ton réglage et ta frappe. Le toucher quoi ! Actuellement, je joue sur une Tama Superstar, c'est un milieu de gamme, et des cymbales Zildjian et ça me va très bien.
Propos recueillis par Vincent Quinqueneau, octobre 2015.